Une formation accessible et tout commence...

Devenir incollable sur le vin rouge

Les vins rouges sont présents sur tous les vignobles de France et se déclinent selon les AOP Bordeaux, Bourgogne, Languedoc, Côtes-du-Rhône… Chaque région viticole exprime son terroir différemment ce qui donne une extraordinaire diversité d’une bouteille à l’autre et différents types de vins français. Cependant, tous ces arômes et ces robes différents peuvent donner le vertige aux débutants qui souhaitent se lancer dans une exploration approfondie de ce vin pour enrichir leur cave. Ne vous inquiétez pas, quand vous aurez lu cet article, vous serez incollable sur le vin rouge, ses cépages et leurs méthodes de fermentation.

 

L’élaboration du vin rouge

Les vins rouges sont issus à partir des cépages de raisin noir, que l’on nomme cépage rouge. Lors du pressage tous les jus sont incolores, qu’importe la couleur du raisin. C’est l’étape de fermentation qui va différencier la pigmentation des vins rouges et blancs.

Ainsi la phase la plus importante dans l’élaboration du vin rouge est la fermentation. Durant cette étape, les peaux de raisin, les pépins et quelques fois les rafles sont laissés à macérer avec le jus. Ce sont ces parties solides qui vont colorer le vin.

 

La fabrication du vin rouge est assez similaire dans l’hexagone. Néanmoins il existe des spécificités selon les cépages utilisés, et selon chaque appellation et chaque domaine.

 

La fermentation permet de transférer la couleur de la pellicule au vin, mais aussi les tanins.

 

Les tanins sont présents dans les parties solides des grains de raisin. Dans le vin rouge les tanins influencent le goût en apportant de l’astringence, c’est-à-dire un côté râpeux qui peut picoter dans le fond de la gorge. Ils apportent également de la structure et de la solidité. C’est pourquoi seuls les vins rouges sont tanniques et pas les vins blancs. Dans le cas où un vigneron choisirait de laisser ces parties solides et de faire fermenter du moût de cépage blanc il obtiendrait du vin orange.

 

Les cépages et appellations des vins rouges

Nous ne retiendrons ici que les cépages majoritaires en France. Chaque région dispose de cépages rouges typiques mais qui restent souvent anecdotiques comparés au rayonnement des vignes dont nous allons parler maintenant.

 

Le cabernet franc

Il sert en assemblage pour de nombreuses appellations. Il a moins de couleur que le cabernet-sauvignon mais est plus structuré et plus parfumé. Il donne des vins aux notes végétales profondes souvent associées à des arômes de fruits murs et épicés, selon le domaine où il est cultivé.

 

Plus de la moitié de son exploitation se trouve dans le vignoble de Bordeaux et sert à la production d’AOP comme les vins de Fronsac, château Cheval-Blanc ou les Saint-Emilion. Il est également très présent sur les vignobles de la vallée de la Loire et plus particulièrement pour les Saint-nicolas de Bourgueil, les Chateau-Villeneuve-de-Saumur, ou même pour l’AOP Chinon.

 

Le cabernet sauvignon

Ce cépage rouge est souvent utilisé en combinaison avec d’autres vins, car il peut manquer de rondeur lorsqu’il est seul. Cependant, il dispose d’une belle robe rouge profonde et vieillit très bien. Il développe de nombreux arômes qui diffèrent selon le domaine où il est cultivé.

 

C’est le cépage rouge emblématique du Bordelais pour les Médocs et pour les Graves. Il est aussi le cépage majoritaire pour des Grands Crus comme un château Mouton-Rotschild, un château Latour ou un château Margaux.

 

Le pinot-noir

C’est le cépage rouge le plus planté au monde. Il est le cépage phare de la Bourgogne et domine la majorité des appellations bourguignonnes. Le pinot-noir donne un vin puissant avec de la matière, mais gardant une grande finesse. Il offre un aspect fruité associé à des notes automnales de sous-bois et de pruneau. Le pinot est un vin élégant et complexe avec une fin de bouche légèrement acide.

 

Le pinot noir est cultivé dans la plupart des vignobles de France, en plus ou moins petites quantités. Cependant, c’est sur le vignoble de Bourgogne qu’il prend toute son envergure. Il est le cépage mythique des vins de cette région et constitue en mono-cépage tous les grands Crus rouges de la Côtes de Nuits ou de la Côte de Beaune, sur des communes comme Morey-Saint-Denis ou Nuit Saint-George.

 

Le malbec

Ce cépage rouge est aussi connu sous les noms de côt ou d’auxerrois, selon la région viticole où il est cultivé. Ses vignes donnent un vin rouge très fruité et très coloré, bon pour le vieillissement. Il peut aussi être utilisé dans l’élaboration du vin rosé. Dans ce cas, il développe des arômes de fruits séchés et de bois.

 

On peut retrouver ce cépage sous ses trois appellations un peu partout en France. Cependant, il est la marque de fabrique des vins rouges du Sud-Ouest et notamment des vins de Cahors.

 

Le merlot

On retrouve souvent ce cépage mélangé avec du moût de cabernet franc pour obtenir un vin rouge léger. Il donne un des vins les plus colorés avec une belle robe rouge grenat. Le merlot s’adapte au terroir de chaque domaine pour libérer des arômes complexes de cuir et d’épices.

 

Le merlot est le cépage rouge le plus cultivé du vignoble de Bordeaux. Il domine de nombreuses AOP pour château Petrus et château le pin.

 

Le carignan et le cinsault

Le carignan est puissant et généreux avec des petites productions. Il possède de grandes qualités aromatiques, allant de la banane à des notes herbacées, en passant par des notes minérales. Le cinsault sert surtout pour des assemblages à boire rapidement. Il apporte aux vins des arômes doux et très floraux.

 

Ces deux cépages rouges sont caractéristiques des vins du sud et méditerranéens. On les retrouve souvent assemblés ensemble pour qu’ils développent au maximum leurs palettes aromatiques. Par ailleurs, ils sont représentatifs des vins de la vallée du Rhône. Le carignan représente à lui tout seul 30% de l’encépagement des AOP Côtes-du-Rhône rouges ou rosés. Le cinsault se retrouve dans le Rhône mais aussi dans le Languedoc-Roussillon, en assemblage pour de nombreuses AOP, comme l’AOP Minervois.

 

Quel vin rouge pour accompagner vos plats ?

Les vins rouges peuvent être appréciés durant une dégustation afin de se concentrer sur les arômes complexes et les tanins, mais leur première consommation reste à table ou durant un apéritif. Si la consommation de vin à table est populaire, certaines connaissances sont essentielles dans l’art d’accompagner les mets. On vous a préparé une petite selection !

 

Les Bordeaux

Les vins de Bordeaux sont réputés pour leur charpente. Il faudra donc les rapprocher d’un copain de jeu ayant du caractère et du répondant. Dans ce cas, rien de tel que les viandes rouges et les plats mijotés. Le gibier s’accorde également à merveille avec la plupart de AOP bordelaises. Ces vins rouges sublimes les viandes nobles comme le canard, ou le bœuf. Nous conseillons également d’accompagner vos plats avec de la tomate chaude d’un Bordelais tanique et puissant pour réveiller vos papilles.

 

Les vins Bourgogne

Les vins de Bourgogne sont intenses mais élégants. Ils sont idéals pour accompagner des viandes délicates comme de l’agneau ou des pièces de bœuf tendres comme le rumsteck.

Vous pourrez parfaitement accompagner un plat de lapin aux champignons ou à la moutarde d’une bouteille de Chateau des Bois ou d’une bouteille de Château Terrière.

 

Les Sud ouest et Côtes-du-Rhône

Ces vignobles donnent un vin rouge frais idéal pour les entrées. On croirait que le vin rouge du Sud Ouest a été créé pour accompagner les assiettes de charcuterie. Les vins du Languedoc-Roussillon se dégustent également très bien avec des viandes blanches ou des légumes assaisonnés aux herbes de Provence.

 

Les vins de la Vallée de la Loire

Ce vignoble donne un vin rouge frais et délicat qui se mariera à merveille avec des aliments plus gras, lors d’entrée ou de plats. C’est l’occasion parfaite pour découvrir les aliments du terroir tourangeaux comme les rillons tout en dégustant une bouteille de Saint-Nicolas-de-Bourgueil.

 

En savoir plus sur le vin :