Une formation accessible et tout commence...

Métier
Le métier de confiseur chocolatier

Réaliser des bonbons, des chocolats, les vendre et faire des heureux, petits comme grands, ça fait rêver. C’est le quotidien du confiseur chocolatier, l’un des métiers du chocolat les plus demandés étant donné l’engouement autour de la consommation de produits à base de sucre et de chocolat en France. Dans son atelier, il transforme, crée, goûte et produit des gourmandises qui se retrouvent dans les vitrines de nos boutiques préférées. Fonctions, formation, salaire, le métier de confiseur chocolatier n’aura plus de secret pour vous.

Le confiseur chocolatier, l’as du sucre et du cacao

Le confiseur chocolatier travaille deux matières principales pour la création de ses produits : le cacao et le sucre. Le confiseur chocolatier est généralement vu comme un artiste puisqu’il fait généralement preuve de beaucoup d’imagination pour donner vie à des produits d’exception. Dans son atelier, le confiseur chocolatier s’occupe de tout : réception et choix de la matière première, préparation de la pâte, préparation de la garniture cuisson et enfin décoration. S’il est à son compte, il se charge généralement lui-même du conditionnement et de la commercialisation de son chocolat ou de sa confiserie.

 

Afin de pouvoir perdurer dans ce métier passion et se démarquer des autres professionnels, le confiseur chocolatier doit avoir une imagination quasi sans limite. Sa carrière est ainsi synonyme d’un apprentissage perpétuel pour trouver de nouveaux mariages de saveurs, de nouvelles textures, de nouvelles techniques de mélange de fruits, cacao et sucre. La présentation des produits joue également un grand rôle dans leur vente. Par ailleurs, la capacité d’innovation est une qualité indispensable dans ce domaine. Ainsi, le confiseur chocolatier ne se contente pas d’appliquer ce qu’il a vu durant sa formation. Il approfondit ce savoir-faire et les processus de production et de fabrication appris durant ses études. Il fait partie des métiers de bouche et à ce titre, doit fidéliser la clientèle de son établissement, notamment pour assurer un flux continu de clients dans son entreprise, même hors des périodes où l’activité monte en flèche, comme durant les fêtes (Noël, Nouvel An ou Pâques).

 

La consommation de confiserie ou de chocolat augmente. 214 500 tonnes de bonbons sont consommées en France et un Français consomme 7,3 kg de chocolat par an. Avec l’augmentation de la consommation de confiseries ou de chocolats. Cette clientèle est aujourd’hui de plus en plus exigeante. Quant aux produits utilisés et méthodes de production et de fabrication. La recherche de l’excellence et de la nouveauté passe par un travail de personnalisation et de recherche de singularité pour ses chocolats et confiseries.

 

La formation et le salaire du confiseur chocolatier

Plusieurs diplômes permettent d’acquérir les compétences nécessaires à l’exercice de ce métier. Le confiseur chocolatier est tout d’abord diplômé d’un Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Celui-ci peut être un CAP Chocolatier-confiseur, CAP Pâtissier, CAP glacier-fabricant. Il peut également être titulaire d’une mention complémentaire (MC) de pâtisserie, glacerie, chocolaterie, confiseries spécialisées. La MC s’obtient généralement après l’obtention d’un CAP dans le domaine culinaire. Le CAP Chocolatier-confiseur se prépare après l’obtention du CAP Pâtissier ou de la MC. Le confiseur chocolatier peut aussi être diplômé d’un Bac professionnel de boulanger-pâtissier. Avec plus d’expérience, il peut être tenté d’ouvrir sa propre boutique et se lancer dans l’aventure de l’artisanat. Sachant que le secteur de l’artisanat est très réglementé en France, un artisan confiseur chocolatier doit être titulaire du Brevet de maîtrise (BM) pâtissier confiseur glacier traiteur ou du Brevet technique des métiers (BTM) chocolatier-confiseur. Le BTM et le BM sont des diplômes de niveau Bac.

 

Le salaire d’un confiseur chocolatier varie en fonction de son poste, de son niveau d’études et de son niveau d’expérience. En règle générale, un confiseur chocolatier qui débute dans une confiserie-chocolaterie perçoit le SMIC. Plus il a d’expérience, plus son salaire peut augmenter. Ainsi, un ouvrier hautement qualifié peut prétendre à un salaire entre 1 500 € et 1 600 € nets. S’il se lance à son compte en tant qu’artisan, le salaire va dépendre de la réputation de sa chocolaterie-confiserie, des produits vendus et du bénéfice qu’il en tire. On peut ainsi estimer qu’un confiseur chocolatier chef d’entreprise peut prétendre à des revenus de l’ordre de 3 000 € à 4 000 €.

 

En savoir plus sur les métiers du chocolat : 

Dernières actualités