Une formation accessible et tout commence...

Comment conseiller un client : suivi, soins et précautions

Afin de devenir expert en maquillage permanent, il faut savoir conseiller son client sur les différents aspects de cette prestation aux conséquences relativement importantes.

  • Un devoir d’information
  • Soins et aide à la cicatrisation après un maquillage permanent
  • Contre-indications : les personnes pour qui le maquillage permanent est risqué

 

Un devoir d’information

En parallèle à leurs prestations techniques, un rôle souvent oublié du professionnel en maquillage permanent réside dans les conseils qu’il est capable de prodiguer à ses clients.

Il ne s’agit pas d’un détail : l’expert est tenu par la loi de prodiguer toutes les informations nécessaires à la décision du client qui hésite à recevoir un maquillage permanent.

Ces informations concernent principalement les grandes lignes qui découlent du maquillage permanent : la longévité du maquillage, les douleurs et risques qui résultent de la plupart des sessions, ou des conseils de cicatrisation.

De manière générale, l’expert dermographiste doit pour chaque client veiller à assurer deux aspects.

 

Soins et aide à la cicatrisation après un maquillage permanent

Un maquillage permanent, bien que relativement sans risque, peut être un événement relativement perturbant pour la partie du corps qui le reçoit. Tout comme le tatouage, un maquillage permanent consiste à percer d’innombrables fois la peau sur de très petites surfaces avec des aiguilles acérées.

Bien que ces dernières soient si fines qu’elles ne laissent aucune marque, il s’agit toutefois d’une blessure dont le corps va chercher à se soigner, ce pourquoi on parle de cicatrisation.

L’expert en maquillage permanent a ainsi comme rôle d’effectuer un suivi en dehors de l’institut de maquillage en prodiguant une série de directives et de conseils au nouveau receveur. Ces derniers concernent principalement le processus de cicatrisation et les manières dont il devrait se comporter pour obtenir le meilleur rendu possible, que ce soit avant ou après la dermographie.

Les zones touchées par l’aiguille du dermographe ont en effet tendance à devenir fragiles, sensibles et exposées. Avant que les pigments soient véritablement ancrés dans le derme de leur porteur, ils sont encore instables et c’est juste après la pose qu’ils sont le plus sensibles aux dégradations.

L’expert en maquillage permanent a ainsi comme rôle de connaître les différents réflexes à avoir et de s’assurer de les transmettre à ses clients (ne pas s’exposer au soleil, éviter l’exercice, appliquer de la crème hydratante…).

En règle générale, particulièrement sur les travaux de plus grande envergure, la plupart des dermographistes invitent leurs clients à un autre rendez-vous environ un mois plus tard afin de constater et de corriger l’évolution du maquillage.

En savoir plus

 

Contre-indications : les personnes pour qui le maquillage permanent est risqué

Il existe des personnes pour qui le maquillage permanent est fortement déconseillé. La plupart du temps, les raisons sont médicales et ont un rapport avec la peau même du client.

En effet, si cette dernière est trop abimée, due à des plaques de boutons provenant d’une condition médicale, elle peut mal réagir à l’intrusion d’aiguilles, comme dans le cas du phénomène de Koebner, ou simplement détériorer le maquillage permanent à un point tel qu’il ne serait pas esthétiquement plaisant à voir.

L’autre raison générale qui présente une contre-indication relève de l’ordre immunitaire. Si pour une raison particulière un problème quelconque diminue les capacités régénératrices d’une personne (diabète) ou que la personne est particulièrement sensible à une fragilisation de ses défenses immunitaires (maladie, femme enceinte…), là aussi le maquillage permanent ne doit pas être appliqué.

Le professionnel a comme rôle d’explorer chacune des pistes liées à ces contre-indications afin de ne pas mettre son client potentiel en danger.

En savoir plus

 

Découvrez aussi :