Une formation accessible et tout commence...

Ouvrir une chocolaterie sans diplôme

Comme beaucoup de métiers du secteur de la restauration, celui de chocolatier-confiseur est très réglementé. On ne se lance pas dans l’artisanat sans avoir les diplômes et qualifications professionnelles requises. Cependant, il est possible d’entrer dans le monde de la chocolaterie sans formation, en ouvrant sa boutique indépendante ou en se lançant en tant que franchisé.

 

Ouvrir sa boutique de chocolats sans diplôme

Pour intégrer le marché de la vente de chocolats sans diplôme, on peut lancer sa propre entreprise en ouvrant sa boutique. En revanche, si les diplômes vous manquent, vous ne pourrez pas fabriquer les produits que vous proposerez sur vos étagères et devrez donc être en contact avec un artisan qui assure la production. Il faudra se mettre d’accord sur les prix de vente pratiqués pour que vous puissiez dégager un bénéfice et donc un chiffre d’affaires, tout en satisfaisant l’artisan. Pour ouvrir une boutique aussi spécialisée, il faut être passionné par ce que l’on vend. La chocolaterie faisant partie de ces nombreux métiers-passions, il peut être bénéfique quand on n’a pas de véritable expérience professionnelle dans le domaine. Des formations axées uniquement sur la chocolaterie existent pour se confectionner un bagage suffisant avant le lancement de son activité. Au cours de ces formations, l’apprenant pourra tout savoir sur le chocolat, les différents types de cacao, leur histoire, la fabrication du chocolat, les techniques liées au chocolat, etc. Grâce à cette formation vous devenez un véritable spécialiste du cacao et de ses déclinaisons chocolatées pour conseiller et vendre des produits sur le marché. Cela vous donne l’équivalent d’une première expérience professionnelle avant de vous lancer dans ce métier.

La franchise, l’autre sésame pour ouvrir une chocolaterie sans diplôme

Dans le cas où l’on désire se lancer dans le secteur des métiers de bouche sans diplôme, la solution idéale est d’être franchisé. De nombreux passionnés du chocolat se lancent dans la chocolaterie via ce système. Ouvrir une franchise demande d’abord un financement. Ce financement varie en fonction de l’entreprise pour laquelle on lance sa franchise. En chocolaterie, ce financement oscille entre 80 000 et 260 000 €. Cette somme inclut le local, les potentiels travaux d’aménagement à réaliser mais également le droit d’entrée en tant que franchisé. Avec ce statut, vous bénéficiez du nom de la marque ou de l’entreprise, de son savoir-faire et de ses couleurs et enseignes. Parfois, l’entreprise qui lance sa franchise propose des formations à son futur franchisé. Il aura tous les outils pour mener à bien son métier : connaissance des produits, techniques de vente, etc. 

 

En tant que franchisé d’une chocolaterie, vous ne vous occupez que de la gestion de la boutique. Vous assurez la vente des produits de l’entreprise et leur mise en valeur. Généralement, cette mise en valeur et la tarification sont définies par l’entreprise mère. Vous n’êtes donc pas maître de la fabrication des produits et de leurs recettes. Comme franchisé, vous devez aussi verser un pourcentage sur le chiffre d’affaires à l’entreprise mère. Après plusieurs années et si la franchise fonctionne bien, on peut dégager un chiffre d’affaires supérieur à 150 000 €. L’avantage d’être franchisé est que l’on bénéficie d’un accompagnement dans son travail et son activité, tant au niveau de la production qu’au niveau de la rentabilité et des recettes, demandées à un chocolatier.

Chocolatier, un métier réglementé

La profession de chocolatier-confiseur fait partie des métiers de l’artisanat. À ce titre, il est impossible d’exercer une profession inscrite au répertoire de l’artisanat sans un diplôme spécifique. Vous ne verrez jamais un chocolatier-confiseur ouvrir sa propre boutique sans, au moins, détenir un Certificat d’aptitute professionnelle (CAP). Pour ouvrir sa boutique en tant qu’artisan chocolatier, une formation est nécessaire. Les formations de niveau CAP pour intégrer les métiers de la chocolaterie sont nombreuses :

 

  • Le CAP Pâtissier permet de voir l’ensemble des techniques liées à la pâtisserie. Le programme du CAP Pâtissier inclut l’apprentissage de toutes les techniques liées au secteur du chocolat.

 

  • Le CAP Chocolatier-confiseur est plus spécifique aux mondes du chocolat et de la confiserie. Au cours de cette formation, l’apprenant voit, notamment, la confection de confiseries et de pâtisseries à base de chocolat.

 

  • Le CAP de glacier fabricant est spécialisé dans la confection de produits glacés.

La Mention complémentaire de pâtisserie, glacerie, chocolaterie et confiseries spécialisées, s’effectue en un an, après l’obtention d’un CAP.