Une formation accessible et tout commence...
Publié le 15/02/2018 -
1 min de lecture

Quelles sont les allergies chez les tout-petits ?

Partager sur
Formez-vous au nouveau CAP Petite enfance, le CAP Accompagnant éducatif petite enfance (CAP AEPE) avec Espace Concours.

Les tout-petits peuvent être affectés par les allergies, les professionnels de la petite enfance diplômés du CAP Petite enfance et demain du nouveau CAP Petite enfance, le CAP AEPE doivent y faire face au quotidien. Les allergies sont au programme du référentiel du CAP AEPE. Mais qu’est-ce qu’une allergie ? Tous les apprenants au CAP Accompagnant éducatif petite enfance (CAP AEPE) doivent le savoir. C’est une réaction excessive du système de défense, le système immunitaire. Il identifie alors comme un ennemi pour l’organisme, un élément de l’environnement qui est considéré habituellement comme inoffensif.

Allergies alimentaires, respiratoires et cutanées chez les jeunes enfants 

Le gène de l’allergie peut être présent dans le corps d’une personne, dès sa naissance. Toutefois, celui-ci peut se déclarer à n’importe quel moment comme il ne peut jamais se déclarer. Les allergies sont souvent familiales. Il peut donc y avoir une prédisposition aux allergies, mais il est possible également de développer une allergie même si aucun membre de la famille n’en souffre. Les allergies alimentaires connaissent un accroissement constant chez les tout-petits. Les futurs professionnels de la petite enfance, diplômés du nouveau CAP Petite enfance, le CAP Accompagnant éducatif petite enfance (CAP AEPE) devront savoir quoi faire face à des cas d’enfants qui présentent les signes d’une allergie alimentaires. Ils ne sont pas épargnés puisque 80 % des bébés sont allergiques aux protéines du lait de vache et vont souffrir alors d’eczéma ou de dermatite atopique.

L’alimentation solide introduite chez les tout-petits peut déclencher également une réaction allergique car ils ont un système digestif qui ne permet pas de digérer des aliments solides avant l’âge de 4 mois. Avant cela, ils ne doivent être nourris qu’avec le lait maternel ou maternisé. Il vaut mieux attendre l’âge de 6 mois pour leur donner une alimentation solide pour qu’il soit en mesure de la digérer car une digestion en douceur réduit alors les risques d’allergies.

Ces allergies se traduisent alors par des coliques, des diarrhées, des vomissements, etc. Ces manifestations sont tellement courantes que les parents ainsi que les professionnels (les) de la petite enfance peuvent penser qu’il ne s’agit pas obligatoirement d’un allergène. D’autres réactions allergiques (urticaire, rougeurs, gonflements du visage, de la langue, etc.) se manifestent rapidement entre quelques minutes et quelques heures après l’ingestion.

Les parents et les professionnels (les) de la petite enfance connaissent bien la règle des quatre jours qui doit être utilisée avec les tout-petits. Mais, en quoi consiste-t-elle ? Il s’agit d’attendre quatre jours pour voir si l’aliment ingéré n’a pas provoqué de réactions chez les tout-petits, avant d’en introduire un nouveau dans l’alimentation. Ce qui est utile également, c’est de tenir un journal alimentaire, y noter tous les aliments qui sont introduits dans la nourriture. Ceci permet d’identifier l’aliment auquel les tout-petits sont allergiques et de l’exclure de leur alimentation.

Outre les allergies alimentaires, les tout-petits peuvent être sensibles aux allergènes provoquant une allergie respiratoire. La plupart du temps, ce sont les acariens, les poils de chat et de chien, les moisissures, les pollens, etc., qui en sont responsables. En France, les allergies respiratoires touchent 20 % de la population (soit 1 français sur 4) et 10 % des enfants sont touchés par l’asthme en particulier. Les acariens sont la deuxième cause des allergies respiratoires après les pollens. Ils aiment aller se nicher dans les couettes, les rideaux mais aussi les peluches.

Les tout-petits qui souffrent souvent de bronchiolites sont les premières cibles de l’asthme. Ces deux affections ne sont pas faciles à différencier avant l’âge de 2 ans. Elles ont en commun une symptomatologie de sifflements respiratoires.

Se former au nouveau CAP Petite enfance avec Espace Concours 

Les symptômes des allergies respiratoires peuvent être très gênants au quotidien (nez qui coule, sensation d’être toujours enrhumé, éternuements, etc.). Il faut être attentifs à ces symptômes surtout chez les tout-petits, car une allergie mal soignée peut empirer et entraîner des symptômes plus graves.

Les tout-petits peuvent avoir des allergies dues aux produits d’hygiène car la peau représente une voie d’exposition importante aux substances chimiques notamment lors des soins d’hygiène. Des produits agressifs ou non appropriés risquent de provoquer l’apparition d’un terrain allergique ou eczémateux.

Les allergies de contact peuvent être liées à l’utilisation des shampoings, des lotions, des crèmes ou des lingettes. Ces dernières ne devraient être utilisées que pour dépanner. Elles sont souvent parfumées à l’abricot, à la pêche, à l’amande douce, etc., et contiennent même des protéines d’origine alimentaire. La peau des tout-petits (moins de 6-8 mois) les tolère mal. Les défenses immunitaires peuvent devenir intolérantes et la peau réagit en quelques jours. Elle démange et se couvre alors de petits boutons rouges. C’est un eczéma allergique de contact. Allergies alimentaires, allergies respiratoires, allergies cutanées, touchent de plus en plus les tout-petits. Les progrès de la prise en charge permettent aujourd’hui, à l’enfant allergique de vivre comme tous les enfants de son âge. Formez-vous à la petite enfance avec Espace Concours qui vous prépare à distance au nouveau CAP Petite enfance, le CAP Accompagnant éducatif petite enfance.

Crédit photo : Top Santé