Une formation accessible et tout commence...
Publié le 01/08/2019 -
1 min de lecture

L’observation : un outil professionnel en Petite Enfance

Partager sur

La mission première du professionnel de la petite enfance, on l’apprend d’ailleurs avec le CAP Petite Enfance nouvellement CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (AEPE), est de veiller sur les enfants. Son attention est sollicitée par certains comportements (rires, cris, pleurs) repérés par l’observation spontanée. Ce type d’observation est automatique, et l’adulte n’est interpellé que par des réactions émotionnelles. Il est alors difficile d’avoir du recul et de porter un regard objectif sur la situation.

  • Être vigilant en étant visible
  • De la vigilance à l’observation attentive
  • L’observation-projet : observer pour comprendre

 

Être vigilant en étant visible

La visibilité de l’adulte est réconfortante pour l’enfant. En psychologie, ce réconfort renvoie à un besoin fondamental d’attachement à une base de sécurité affective. La présence des professionnels correspondrait à un phare qui éclaire en sécurisant une zone. L’aire de jeu devient un espace sûr et éclairé par cette présence. Dans certaines crèches, la délimitation d’un espace dans lequel l’accompagnant assume la position d’un observateur bienveillant et omniscient tout en étant visible de tous permet le développement de jeux autonomes par les jeunes enfants tout en disposant de la sécurité affective nécessaire. L’adulte qui observe est aussi un recours rapide en cas de conflit.

 

De la vigilance à l’observation attentive

L’adulte qui observe l’enfant, jette un regard d’ensemble qui englobe tout l’environnement en captant plusieurs informations en même temps. Il s’agit de la démarche de vigilance, par laquelle l’adulte écoute et regarde tout le temps. Le but de cette pratique d’observation est la réactivité et l’adaptation à une situation dans son ensemble. En repérant immédiatement ce qui est de l’ordre de l’inhabituel, l’accompagnant est en mesure d’agir rapidement.

Lorsque l’attention se centre sur une situation particulière, on parle d’attention focalisée. Il y a une volonté d’observer, l’attention est attirée par quelque chose. Les professionnels arrêtent de se déplacer. Regarder et écouter les jeunes enfants, deviennent alors leurs actions principales.

Ce ne sont pas deux processus isolés, ils sont au contraire complémentaires. La vigilance va entraîner l’observation ponctuelle d’une situation particulière. La répétition de ces observations ponctuelles permet de repérer une situation problématique sur laquelle il faut se pencher en suivant une autre démarche plus rigoureuse : l’observation-projet.

 

L’observation-projet : observer pour comprendre

C’est une démarche d’observation qui est réfléchie et organisée dans un but d’analyse professionnelle. L’observation fait l’objet d’une concertation entre toute l’équipe, et elle répond à une situation précise.

Le but est d’acquérir un recul objectif par l’observation approfondie. On prend le temps de comprendre les comportements de certains enfants en se mettant à sa place. Ainsi quand un enfant présente un caractère « difficile », en tapant ou mordant les autres, les professionnels doivent tenter de comprendre le sens de ses actions. Le réprimander en disant « arrête » lorsqu’il présente des comportements répétitifs, est non seulement inutile mais peut stresser davantage l’enfant.

Le fait d’observer à plusieurs permet de comparer les différents points de vue, en arrivant à un constat plus neutre et objectif que s’il ne s’agissait que d’une interprétation individuelle. L’équipe élabore des fiches d’observation et décide de la régularité de la démarche. L’observation-projet est donc un programme d’équipe qui demande de l’organisation.

 

Pour résumer

Dans le travail des professionnels, la mise en place d’une démarche d’observation plus focalisée et intentionnelle permet de regarder les événements avec les yeux de l’enfant, en évitant ainsi les injustices.

La présence de l’accompagnant éducatif petite enfance est sécurisante pour les enfants, et son observation ne doit pas être passive : il s’agit au contraire d’un ressort professionnel fondamental à adapter selon les environnements et les situations.