Une formation accessible et tout commence...
Publié le 10/09/2018 -
1 min de lecture

Doit-on accueillir les enfants de moins de 3 ans à l’école maternelle ?

Partager sur
Suivez la formation petite enfance d'Espace Concours, le CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) par correspondance.

Scolariser ou pas les enfants de moins de 3 ans est un débat au sein de l’Education Nationale, des politiques et des professionnels (les) de la petite enfance. Chacun des protagonistes ayant des arguments « pour » ou « contre » d’une scolarisation précoce. Mais, un enfant de moins de 3 ans est-il apte à entrer à l’école maternelle ?

Donner la même chance à tous les enfants

L’accueil des enfants de moins de 3 ans à l’école maternelle serait peut-être la solution pour lutter contre les inégalités sociales et donner la même chance à tous les enfants. La première rentrée scolaire du tout petit est souvent synonyme de première séparation d’avec les parents s’il n’a pas été auparavant dans un lieu d’accueil collectif ou individuel. Il perd ses repères habituels et découvre de nouveaux espaces, une nouvelle organisation du temps, avec d’autres enfants et d’autres adultes.

Le jeune enfant et ses besoins spécifiques

Il est donc nécessaire de la gérer au mieux sachant que le tout-petit a des besoins spécifiques (affectifs, relationnels, physiologiques, etc.) pour appréhender au mieux cette scolarisation. Les professionnels (les) et les spécialistes de la petite enfance mettent en avant que « même les petites sections de l’école maternelle ne sont pas adaptées aux besoins des enfants de moins de 3 ans, tant en matière de développement que d’affectivité ».

Accueillir les jeunes enfants avec bienveillance

« Pour » ou « contre », chacun a ses propres arguments pour défendre son point de vue. Mais, l’école maternelle se doit d’accueillir ces enfants avec la bienveillance et les savoir-faire nécessaires des professionnels (les) de la petite enfance. Afin de réussir au mieux cette rentrée, il faudrait également aménager des pratiques professionnelles et trouver des moyens à mettre en œuvre.

Les moyens à mettre en œuvre

Cette première année à l’école est une étape sensible pour de nombreux tout-petits. Elle est souvent synonyme d’une première expérience en collectivité. L’organisation de cette transition entre la maison et l’école doit être l’occasion d’une réflexion portant sur l’accueil des jeunes enfants puisque ces tout-petits sont encore très dépendants de l’adulte tant dans leurs besoins affectifs, relationnels, moteurs, cognitifs, etc. Ils doivent donc être considérés avec la plus grande attention.

La journée « souple » du jeune enfant

L’organisation de la journée de ces enfants doit faire preuve d’une grande souplesse alternant des temps de jeux, d’activités, de repos et d’échanges langagiers avec l’adulte. Les moments de passage de la salle de classe à la cour de récréation, d’une personne à une autre ayant en charge les enfants nécessitent des aménagements qui doivent être alors verbalisés et expliqués.

Une coopération avec les parents permet donc de les impliquer progressivement dans le suivi de la scolarité de leur enfant. L’organisation de rencontres permet de partager avec eux les observations concernant l’évolution de leur enfant.

Un moyen qui permettrait une transition en douceur de la maison à l’école, c’est peut-être la création de davantage classes passerelles. Les enfants s’adapteraient beaucoup plus facilement à l’école. En effet, les professionnels (les) de la petite enfance rappellent régulièrement qu’un enfant de 2 ans n’est pas un enfant de 3-4 ans. « Il n’est pas encore dans l’apprentissage, mais dans l’acquisition et, il n’est donc pas encore capable d’accepter toutes les règles de vie en collectivité ». La présence d’un (e) EJE (éducateur (trice) jeune enfant) pourrait être complémentaire de l’enseignant (e) pour comprendre les besoins de ces tout-petits.

La scolarisation d’un enfant de moins de 3 ans peut être une chance pour lui et sa famille lorsqu’elle correspond bien évidemment à ses besoins. Pour un accueil réussi, cela implique une réflexion des différents protagonistes concernés (Education Nationale, professionnels (les) de la petite enfance, responsables des collectivités territoriales, parents) sur les moyens matériels, humains, ainsi que la mise en place d’un projet éducatif et pédagogique.

Votre CAP AEPE avec Espace Concours

Vous souhaitez faire carrière dans les métiers de la petite enfance ? Pour cela, suivez la formation petite enfance d’Espace Concours, le nouveau CAP Petite Enfance, le CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) à distance.