Une formation accessible et tout commence...
Publié le 23/03/2020 -
1 min de lecture

Comment approcher les relations parents-assistant·e maternel·le ?

Partager sur

En France, on compte près de 425 400 assistant·es maternel·les agréé·es, dont 304 800 en exercice. Il s’agit du type de garde le plus recherché par les parents, en représentant 33,1% des places disponibles pour les enfants de moins de 6 ans. Les assistant·es maternel·les les accueillent à leur propre domicile, qui doit être agréé, ou au sein des maisons d’assistants maternels (MAM).

  • Trouver l’équilibre entre l’intime et le professionnel
  • Entre les parents et l’assistant·, une relation co-éducative
  • Un mot d’ordre : la communication
  • Assistant·es materne·les, soyez assisté·es dans votre travail !

 

C’est un accompagnement quotidien dit « individuel », du fait du nombre limité d’enfants à leur charge, 4 au plus. Ainsi, le travail du professionnel s’inscrit dans une relation triangulaire qui le lie tant aux parents qu’à l’enfant. La communication y occupe une place centrale : en tant qu’assistant(e)s maternel(le)s, il est vital d’instaurer un climat de confiance et de coopération au quotidien.

Trouver l’équilibre entre l’intime et le professionnel

L’assistant·e maternel·le a une mission éducative fondamentale. Il·elle s’occupe de l’accueil, l’alimentation, l’hygiène et l’éveil des enfants, en les assistant dans l’apprentissage de l’autonomie et de la propreté. Parce qu’il·elle garde dans la plupart des cas à son domicile, l’assistant·e est confronté·e à une difficulté propre à ce métier : séparer les sphères intime et professionnelle. Le logement est un lieu de vie pour l’adulte, qui doit cependant y exercer ces fonctions.

Ainsi, cela peut être compliqué de distinguer ces espaces, et les obligations professionnelles peuvent finir par s’immiscer dans la vie privée. Il est important pour l’assistant·e d’instaurer dès le début des règles vis-à-vis de l’enfant et des parents visant à préserver autant que possible son espace vital. Si l’accueil est dit « familial », il est tout de même à différencier du foyer.

Entre les parents et l’assistant·e, une relation co-éducative

En gardant un enfant, le professionnel forme une alliance avec les parents. La relation entre les adultes est complexe car la coopération n’est pas toujours facile. Dans certains cas, une forme de compétition se met en place et la rivalité empêche la prise en compte des besoins réels de l’enfant. Le professionnel doit parvenir à équilibrer ces enjeux affectifs : il s’agit avant tout de tranquilliser les parents, qui eux aussi peuvent angoisser face à l’idée d’être séparés de leur enfant.

En cas de conflit, il faut être diplomate et ne pas prendre les éventuels reproches d’un point de vue personnel. Les désaccords peuvent émerger même s’il y a un dialogue quotidien. Les parents s’adressent avant tout au professionnel, et généralement les moments de malaise traduisent simplement un défaut de communication.

Un mot d’ordre : la communication

La coopération ne peut avoir lieu sans qu’il y ait de la confiance. La confiance s’établit grâce à des temps d’échange réguliers. C’est notamment à la fin de la journée que les parents veulent savoir comment s’est déroulée celle-ci. Les informations relatives au sommeil, à l’alimentation et aux activités peuvent être rassemblées dans un cahier de liaison pour faciliter la transmission et favoriser la transparence.

La communication orale est à privilégier, les SMS et les appels devant être réservés au cas d’urgence. Par ailleurs, s’il s’agit de discuter plus longuement sur une question particulière, il faut choisir les moments calmes où les enfants se trouvent à distance.

Plus largement, le choix des mots est important au moment de dialoguer avec les parents. Afin d’éviter les omissions et les malentendus, il faut s’exprimer clairement mais sans les brusquer.

Assistant(e)s materne(les), soyez assistés dans votre travail !

Si vous êtes confronté à une difficulté réelle et durable, il ne faut pas rester isolé. Les relais assistants maternels (RAM) et les relais petite enfance (RPE) offrent une assistante gratuite destinée aux professionnels du secteur. Ce sont des espaces d’information et d’échange qui permettent aux assistant(e)s de mutualiser leurs expériences. En cas de conflit avec les parents, il ne faut pas hésiter à s’y rendre afin d’apporter un regard objectif sur la situation et d’être conseillé quant à la posture à adopter par la suite.