Une formation accessible et tout commence...
Publié le 03/08/2018 -
1 min de lecture

Petite Enfance : de nouvelles activités proposées en structure d’accueil

Partager sur
Formez-vous au nouveau CAP Petite Enfance, CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) avec Espace Concours.

Les lieux d’accueil sont des lieux de vie, où les concepts du jeu et d’activité cohabitent au quotidien. Le premier part de l’enfant tandis que la seconde est la façon dont les adultes pensent du jeu d’un point de vue organisationnel. Tout professionnel de la petite enfance diplômé demain du nouveau CAP Petite Enfance, le CAP AEPE devra avoir une connaissance précise des activités et des jeux à proposer selon l’âge de ou des enfants.

L’évolution des activités et jeux proposés aux jeunes enfants

Le mot « activité » est employé au pluriel quand il désigne plutôt une pédagogie, des opérations ayant un objectif. Autrefois, les activités dans les lieux d’accueil avaient pour but d’occuper les jeunes enfants avant d’être « une réflexion pédagogique ». Elles étaient envisagées à horaires fixes, à deux moments précis de la journée. Le premier avait lieu après la longue collation matinale et le second après le lever de la sieste. Elles avaient plutôt la forme de jeu dirigé par un adulte qui donnait ses explications sur la façon de faire. Pour certaines activités, les enfants attendaient leur tour les uns après les autres, assis au sol. En ce qui concerne les activités « chansons et livres », ces temps étaient vus en tant que séance d’animation ou en rituel de regroupement, tous les enfants du même groupe assis sur un tapis. Quand il s’agissait de l’activité peinture, les enfants désignés, au nombre de quatre ou cinq, étaient regroupés dans « le coin prévu à cet effet ». Installés devant leur page blanche, la peinture était choisie par les professionnels (les) de la petite enfance et, après un temps limité, signalaient la fin de l’activité pour aller se laver les mains, les uns derrière les autres. Les enfants se déplaçaient alors « les mains en l’air pour ne pas salir les murs ».

Pour les parents le mot « activités » a une résonnance plus positive que le mot « jeu libre » qui a lui, plutôt un rapport avec le jouet. C’est pourquoi, quand ils demandent aux personnels ce que leur enfant a fait aujourd’hui, ils paraissent bien déçus et laissent sans voix les professionnels de la petite enfance qui ont compris que l’enfant apprend par le jeu dans un lieu qui est structuré et organisé.

Les notions d’activité et de jeu ont changé

Dans les lieux d’accueil de la petite enfance, les instruments de musique, la pâte à modeler, les blocs d’argile et autres fournitures n’ont pas toujours été présents et les jouets étaient rangés hors de portée des enfants ou en vrac dans un coffre.

C’est dans les années 80, que tout a changé avec « les nouvelles connaissances psychologiques et les nouveaux discours sur les tout-petits ». C’est ainsi que les professionnels (les) de la petite enfance ont fait avancer la notion « d’activités et de jeux libres ». Grâce à leur persévérance et voulant réconcilier « jeu et activités » ont mis en place « des situations de jeu dans lesquelles chaque joueur se sentirait exister pleinement et serait en activité ».

Aujourd’hui, une palette d’activités embarrasse les professionnels (les) de la petite enfance dans leur choix. Malgré leur formation petite enfance et leurs connaissances acquises durant leur formation CAP Petite Enfance, ils se demandent s’ils doivent « faire » ou « ne pas faire » des activités. Faut-il les programmer, les imposer ? Comment favoriser le choix et la liberté de participation ? La plupart des questionnements portent bien évidemment sur la justification d’activités encadrées avec un début et une fin, alors que les arguments en faveur du jeu libre dans le développement du jeune enfant, abondent. En effet, les espaces de jeu sont bien aménagés et pensés pour qu’ils ne présentent aucun danger et que les enfants puissent les explorer comme ils l’entendent. Ils découvrent, apprennent dans la joie de leurs propres choix. Cela développe leur autonomie, leur responsabilité en les laissant jouer librement. Alors, aménagez des espaces où les enfants peuvent se balader librement, aller dans n’importe quelle salle et non vous, professionnels (les) de la petite enfance, quand vous l’aurez décidé. C’est ainsi que la valeur du jeu libre remet en question le bien fondé des activités.

Au travers des jeux libres, l’enfant développe sa créativité, le plaisir de découvrir, d’apprendre, de forger son propre jugement, d’acquérir son autonomie tout en agissant dans le respect des autres.

Votre nouveau CAP Petite Enfance, CAP AEPE avec Espace Concours

Vous voulez travailler en structures de la petite enfance ? Devenir professionnels de la petite enfance ? Pour cela, suivez la formation à distance au nouveau CAP Petite Enfance, le CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (AEPE) d’Espace Concours.

Crédit photo : Les Pros de la Petite Enfance