Une formation accessible et tout commence...
Publié le 31/01/2019 -
1 min de lecture

Petite Enfance : comment l’humour naît chez l’enfant ?

Partager sur

L’humour n’est pas réservé à l’adulte puisque le jeune enfant est capable de faire des blagues. La sensibilisation à l’humour se fait dès le plus jeune âge. Il est plus précoce chez l’enfant dans les familles où les parents rient et plaisantent beaucoup. Mais, qu’est-ce qui fait rire ou ne pas rire un enfant de six mois, deux ans, trois ans… ?

Comment stimuler l’humour chez l’enfant ?

Le terme d’humour ne recouvre pas la même réalité pour tous. Les chercheurs en psychologie sont malgré tout parvenus à un consensus en disant que « l’humour serait la manipulation volontaire de l’incongru (à savoir la bizarrerie, le décalage créé par la juxtaposition de deux éléments contradictoires), à des fins de divertissement. Cet incongru va alors entraîner chez l’auditeur le rire ou le sourire qui en sera la conséquence  naturelle ». Donc, la clé de l’humour c’est l’effet de surprise.

L’humour n’est pas inné, il s’apprend et peut être stimulé chez le jeune enfant comme n’importe lequel de ses sens. Il dépend entre autre de son environnement familial et culturel. Si dans la famille l’humour est valorisé alors le jeune enfant reproduira des situations humoristiques.

L’humour du jeune enfant n’est pas le même que celui de l’adulte. Il peut regarder le même dessin animé pendant des dizaines de fois et rire à chaque pitrerie du personnage comme si c’était la première fois qu’il le visionnait alors, qu’il sait ce qui va lui arriver. C’est cette surprise ressentie qui le fait rire mais également contrairement aux adultes, le jeune enfant peut rire vingt fois de suite à la même blague puisque la répétition le rassure et l’aide à prévoir certaines situations pour mieux s’en amuser.

Qu’est-ce qui fait ou ne fait pas rire le jeune enfant ?

C’est au milieu d’adultes qu’un jeune enfant va comprendre qu’une situation est drôle ou ne n’est pas, c’es pourquoi l’adulte a « un rôle clé » dans cet apprentissage.

Au fil des années, l’humour chez l’enfant se développe et s’affine ce qui témoigne de son développement intellectuel et de ses connaissances. Chez le jeune enfant, on parle d’humour lorsqu’une situation incongrue à ses yeux le fait rire ou sourire. Le rire de l’adulte est très important pour le jeune enfant puisqu’à chacune des réactions positives de son entourage celui-ci va bien évidemment renforcer l’apparition des comportements humoristiques chez l’enfant et c’est ainsi qu’il va découvrir son pouvoir d’amuser.

C’est en fonction de son âge que l’enfant va rire de situations ou de comportements inhabituels. En effet, dès le plus jeune âge il peut rire des pitreries des adultes. A six mois, il a bien sûr connaissance des personnes de son entourage alors, ce qui va le faire rire c’est tout ce qui va relever de l’inhabituel (des grimaces ou voir arriver le père à quatre pattes en aboyant, etc.). C’est le rire de l’adulte qui succède à la plaisanterie qui va apporter cette dimension humoristique à la scène.

Entre dix-huit et vingt-quatre mois, l’enfant commence à explorer son environnement et c’est à cette occasion qu’il va découvrir l’univers des objets et qu’il va développer la connaissance de leur usage au quotidien. Alors, un objet détourné de son utilisation habituelle va provoquer un effet de surprise et pourra ainsi déclencher une réaction de plaisir (exemple : une petite passoire qui devient un chapeau). Donc, le jeune enfant va commencer à rire de la plaisanterie de l’adulte puis par la suite, c’est lui qui prendra l’initiative et trouvera « génial » que cela fasse rire les adultes.

 Vers deux ans, c’est l’entrée de l’enfant dans le monde du langage. Il va pouvoir jouer avec les mots et les sonorités comme par exemple dans la comptine « Au clair de la lune », l’enfant peut changer les mots tout en gardant la rime, il peut dire « Au clair de la lune, mon ami Croco, mon ami Tigro, etc. ».

A trois ans, c’est un humour scatologique » qui apparaît puisque c’est le moment de l’acquisition de la propreté.

Ce qui ne fait pas rire les jeunes enfants contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les clowns avec leur maquillage blanc et leur nez rouge. Lors des spectacles, ce sont les plus grands qui vont rire tandis que les petits vont pleurer. En effet, à leurs yeux ce visage n’est plus un visage humain. « Il est la fois mi-humain, mi-monstre, est-il dangereux ou non ? ». C’est pourquoi, les clowns invités lors de spectacles notamment dans les crèches l’ont bien compris puisqu’ils se maquillent et se déguisent que très légèrement mais conservent le nez rouge.

Au quotidien, l’adulte peut être tenté de faire rire le jeune enfant en lui faisant des blagues. Mais, certaines plaisanteries requièrent un développement cognitif avancé (au moins 3 ans). C’est pourquoi, il ne faut pas cacher un objet que l’enfant aime beaucoup  en lui demandant d’un air enjoué : « où il est… ? ». Le jeune enfant se mettra à pleurer puisque c’est la période où il s’approprie les objets et bien évidemment il ne pourra pas encore décoder l’intention de l’adulte puisqu’il est trop jeune. Une plaisanterie de l’adulte qui ne plaît pas à un enfant (1 an) est le « je vole ton nez » car les tout-petits contrairement aux plus grands prennent tout au premier degré. Alors, en tant qu’adulte la prudence s’impose en ce qui concerne les plaisanteries. Un enfant de deux ou trois ans qui observe l’adulte rire aux éclats sans pouvoir décoder le sens de sa plaisanterie peut le faire pleurer tandis que certains enfants plus âgés peuvent avoir l’impression que l’on se moque d’eux.

Pour conclure, on peut affirmer que l’humour est bien présent chez le jeune enfant. En tant que parent ou adulte de son entourage, vous pouvez aiguiser son sens de l’humour en riant parfois de situations au quotidien en lui montrant que la dérision sans toutefois aller jusqu’à la moquerie, peut être un remède contre les maux. Sourire ou rire aux plaisanteries du jeune enfant va l’encourager à continuer.

Votre CAP AEPE à distance avec Espace Concours

Vous souhaitez faire carrière dans les métiers de la petite enfance ? Pour cela, suivez une formation au CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) à distance avec Espace Concours.

Crédit photo : enfant.com