Une formation accessible et tout commence...
Publié le 20/05/2020 -
1 min de lecture

Comment gérer les pleurs au moment de la séparation à la crèche ?

Partager sur
Enfant pleurant

Douleur de la séparation, incertitude, excitation joyeuse : Un nouvel environnement peut déclencher chez votre enfant une variété d’émotions, plus ou moins agréables. Les parents peuvent rapidement se sentir coupable d’avoir laissé leur enfant pleurer à la crèche. 

  • Pourquoi les enfants pleurent-il au moment de se séparer ?
  • Faire face à sa conscience coupable
  • Quelques conseils pour se séparer plus facilement

Pourquoi les enfants pleurent-il au moment de se séparer ?

Selon la personnalité de l’enfant, il faut entre une et six semaines pour que l’enfant s’habitue complètement à son nouvel environnement et qu’il intériorise le rythme d’amener à la crèche, d’être gardé par de nouvelles personnes, puis d’être récupéré le soir. 

Craintes irrationnelles 

Les craintes font partie du développement de l’enfant, même si elles sont totalement infondées. Il est donc possible que votre enfant développe soudainement une peur d’être « abandonné« . Il est important que vous ameniez votre enfant à la crèche malgré cela, car ce n’est que lorsqu’il se rendra compte que ses craintes ne sont pas fondées qu’il pourra les surmonter.

Des problèmes concrets 

Il arrive qu’un enfant ait des inquiétudes ou des craintes que les parents et les experts de la petite enfance ne remarquent pas tout de suite. Les enfants très réservés ont parfois des difficultés à être acceptés dans le groupe et vivent le quotidien de la crèche comme très stressant. Demandez à discuter avec les éducateurs et demandez-leur de décrire la vie quotidienne de votre enfant au sein de la crèche afin d’écarter ces difficultés. La plupart des jeunes enfants ne sont pas encore capables de formuler correctement leurs problèmes et ne peuvent donc pas demander de l’aide eux-mêmes.

Par habitude 

Les enfants enregistrent très précisément la façon dont leurs parents réagissent à leur comportement. S’ils remarquent que les pleurs et les cris dérangent les parents, il peut arriver que cela devienne un jeu. Demandez aux éducateurs combien de temps il faut à votre enfant pour se calmer à nouveau après votre départ. Si les pleurs s’arrêtent immédiatement après avoir passé la porte, essayez de rendre l’adieu plus court et plus concis à l’avenir.

Faire face à sa conscience coupable

C’est un très mauvais début de journée que de devoir laisser un enfant en pleurs à la crèche. Fiez-vous à votre intuition : Votre enfant est-il joyeux et équilibré dans la vie de tous les jours ? Faites-vous confiance à la crèche et aux éducateurs ? N’oubliez pas que ceux-ci possèdent un diplôme qui les prépare à gérer toutes sortes de situations avec les enfants. Ils pourront répondre à toutes vos interrogations et craintes. Vous n’abandonnez pas votre enfant : les éducateurs sauront s’occuper de lui.

Dans la grande majorité des cas (si l’on peut exclure des problèmes concrets), cela vaut la peine de persévérer : À un moment donné, votre enfant vous dira impatiemment au revoir à la porte pour qu’il puisse enfin aller jouer

Quelques conseils pour se séparer plus facilement

  • Assurez-vous qu’il n’y a pas de problèmes : Demandez à votre enfant à la maison et discutez avec les éducateurs : Y a-t-il des problèmes ou des conflits au sein de la crèche ? Essayez de savoir si le simple fait de dire au revoir est difficile ou si votre enfant ne veut pas aller à la crèche.
  • Privilégiez les adieux courts : Même si c’est difficile, ne faites pas trop traîner le moment de dire au revoir. Votre enfant s’apercevra vite qu’il peut vous retenir et s’énervera d’autant plus.
  • Le contact physique : Incluez un câlin et un bisou aux moments de séparation. Ils montrent à votre enfant que vous l’aimez et constituent en même temps un rituel quotidien familier auquel votre enfant s’habituera rapidement.
  • Rituels : De nombreux enfants trouvent qu’il est plus facile de dire au revoir lorsque ce moment suit un schéma fixe. Pensez à un dicton particulier ou à un petit poème que seuls vous deux pouvez réciter tranquillement. Ou laissez votre enfant vous faire signe de la porte et vous faire exactement trois bisous. Créez vos propres petits rituels auxquels l’enfant s’habituera.
  • Soutien auprès des éducateurs: Si votre enfant ne veut pas vous laisser partir, un éducateur peut essayer de le distraire, par exemple en le prenant dans ses bras ou en lui proposant une activité telle que la lecture à haute voix. Ainsi, vous pouvez partir sans drame.
  • Communiquez la sécurité : Bien sûr, votre enfant sait que vous viendrez le récupérer à la fin de la journée. Cependant, un peu de sécurité supplémentaire console généralement. Promettez-lui de lui faire à nouveau signe par la fenêtre dehors, permettez lui d’emporter son jouet préféré, ou indiquez lui sur l’horloge quand vous reviendrez.