Une formation accessible et tout commence...
Publié le 27/06/2018 -
1 min de lecture

Petite enfance : 1000 premiers jours très importants pour l’enfant

Partager sur
Suivez la formation au CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) par correspondance d'Espace Concours.

Les trois premières années de la vie d’un enfant sont un moment charnière dans le développement de son cerveau. Sa stimulation au cours de cette période est essentielle. Il s’agit de lui offrir toutes les chances d’épanouissement dans sa vie. Outre aux parents, cette tâche revient aux professionnels de la petite enfance diplômés d’une formation petite enfance qui évoluent dans les structures de la petite enfance. Le rapport mondial de l’Unicef sur la petite enfance met en avant les différentes « bonnes pratiques » à suivre de la conception à l’école primaire pour façonner et permettre un complet développement du cerveau de l’enfant.

Toutes les interactions sont bonnes avec l’enfant

Le rapport de l’Unicef explique que le développement cérébral de l’enfant dépendra de son développement cognitif, émotionnel et social. La période est fondamentale pour la vie du jeune enfant. Avant l’âge de trois ans, son cerveau peut former jusqu’à 1000 connexions neuronales à chaque seconde. Ces premiers moments du développement cérébral de l’enfant auront une forte incidence, une influence importante sur la capacité de l’enfant à mener une vie d’adulte pleinement épanouissante. Les interactions aussi banales que le fait de lui parler, de jouer et de lui faire des câlins figurent parmi les facteurs considérés comme bénéfiques dans le développement du cerveau de l’enfant en stimulant les connexions neuronales.

Les rôles majeurs de l’affection et de l’alimentation

Il faut savoir en tant que futurs professionnels de la petite enfance en cours de formation au CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) que privé d’affection, un enfant finit par se laisser dépérir. De nombreux scientifiques de l’Unicef l’ont démontré. Si le manque d’affection peut freiner le développement du cerveau de l’enfant. L’alimentation va aussi jouer un rôle majeur. Il va en effet falloir beaucoup d’énergie pour les 1000 premiers jours de l’enfant. Sachez ainsi que la nourriture absorbée par le jeune enfant est consacrée entre 50 et 75 % à fournir de l’énergie au cerveau. Un quart des enfants de moins de cinq ans sont touchés par une alimentation insuffisante qui va être la cause des retards de développement et de croissance.

La violence et la pollution perturbent la bonne croissance du cerveau

Un jeune enfant témoin ou victime de maltraitance sécrète des hormones de stress qui paralysent son cerveau et empêchent les connexions neuronales. Les microparticules de pollution peuvent endommager le tissu cérébral. En tant que professionnels ou futurs professionnels de la petite enfance, il ne faut pas prendre à la légère ce qui peut faciliter le développement du cerveau de l’enfant car quand le cerveau de l’enfant ne se développe pas dans de bonnes conditions, les conséquences négatives vont s’inscrire sur le long terme. Le jeune enfant va ensuite connaître des difficultés d’apprentissage, des difficultés à intégrer le monde du travail.

Investir pour la petite enfance, une nécessité

Pour l’Unicef, il n’y a pas de doute à avoir, les gouvernants doivent investir pour la croissance du cerveau des jeunes enfants dont les retombées sont extrêmement positives. Le financement de programmes pour la petite enfance réduit la pauvreté et accroît les revenus, la prospérité et la compétitivité économique, élève le niveau d’éducation, améliore la santé et baisse la criminalité.

Votre CAP AEPE à distance avec Espace Concours

Vous souhaitez faire carrière dans le secteur de la petite enfance en devenant notamment accompagnant éducatif petite enfance ? Pour cela, choisissez la formation petite enfance d’Espace Concours, le CAP Accompagnant Educatif Petite Enfance (CAP AEPE) par correspondance.