Une formation accessible et tout commence...

Théorie du maquillage : colorimétrie, strobing, contouring et démaquillage

Le maquillage n’a rien de magique : pour opérer, il se base sur de nombreux principes théoriques et techniques. En voici quelques-uns utilisés par les professionnel·les du métier.

  • Colorimétrie, cercle chromatique et mélange de couleurs           
  • Adapter ses couleurs à la situation           
  • Le contouring           
  • Le strobing           
  • Le démaquillage
     

Le maquillage n’est pas qu’une simple application de poudres et produits sur la peau d’une personne. De très nombreux paramètres plus fins entrent en compte pour pouvoir réaliser les effets du maquillage.

Le métier de maquilleur·se présente quelques autres subtilités. Ces professionnel·les sont formé·es à de nombreux aspects théoriques qui leur permettent, après avoir analysé un visage, de savoir quelles modifications apporter ainsi que les moyens nécessaires pour y parvenir.

 

 

Colorimétrie, cercle chromatique et mélanges de couleurs

Le terme « colorimétrie » désigne l’art de la gestion des couleurs. Dans le cadre du maquillage, c’est une compétence très importante, constamment mise à contribution. Qu’il s’agisse d’eyeliner, de fond de teint, de fards à paupières ou autres produits cosmétiques, tout maquillage se base fondamentalement sur ces jeux de couleurs.

Les maquilleurs n’ont pas toujours les couleurs exactes nécessaires à leur disposition : régulièrement, il leur faudra les créer spécialement pour l’occasion. Pour cela, il est important de maîtriser le cercle chromatique : un schéma théorique qui décrit la manière dont les couleurs fusionnent et se combinent.

A partir des trois couleurs primaires, jaune bleu et rouge, il est donc possible de les mélanger pour obtenir toutes les couleurs possibles. Mais lesquelles utiliser ?

 

 

Adapter ses couleurs à la situation

La colorimétrie gouverne également la méthodologie qui permet aux make-up artists de savoir quelles couleurs utiliser pour quelles situations.

Quand il s’agit d’embellir un visage, il existe quelques constantes qui permettent de toujours obtenir de bons résultats. Le choix des couleurs dépend de plusieurs facteurs, on retrouvera parmi eux :

La couleur de la peau

Les peaux pâles et basanées ne vont pas être réceptives aux mêmes couleurs. Les peaux pâles préfèrent des couleurs chaudes (rouge, pêche, jaune). En revanche, les peaux plus sombres auront besoin de plus forts contrastes, de couleurs plus brillantes, marquées et froides (violet, bleu, vert).

La couleur des yeux

Les yeux sont bien souvent le centre du visage d’une personne. Leur couleur est donc importante, car elle va subtilement influencer le reste de la colorimétrie, surtout lors d’un maquillage du regard. On essayera généralement de les compléter en utilisant des couleurs complémentaires pour le contour des yeux.

La tenue

Enfin, certains maquillages marchent en concert avec des tenues bien spécifiques. Les couleurs du maquillage, en fonction de l’effet recherché, viseront soit à accompagner les teintes des vêtements, soit à créer un contraste grâce à des couleurs complémentaires.

 

 

Le contouring

Le contouring est une technique très souvent utilisée qui utilise des effets d’ombres et de lumières afin de modifier subtilement les traits d’un visage.

L’idée générale est la suivante : les teintes foncées projettent une ombre sur une surface, apportant de la profondeur mais qui va aussi l’effacer légèrement. A l’inverse, éclaircir avec des teintes claires ou lumineuses permet de donner du volume, de mettre en avant.

Sans littéralement transformer le visage, ces quelques modifications permettent toutefois de jouer sur ces degrés de visibilité. En apportant les modifications correctes, un visage peut dégager une expression très différente avec cette simple illusion.

Le contouring n’est pas utilisé que pour embellir : il peut aussi aider à simuler d’autres effets. Il peut servir à donner une impression de rajeunissement, de vieillissement, ou dans le cas du cinéma, totalement transformer un acteur. Il s’agit d’une opération toute en finesse, qui doit parfaitement se fondre avec le teint d’une personne pour fonctionner. Les poudres tendent à donner un aspect plus naturel que des crèmes, peut-être plus difficiles à estomper.

 

Le strobing

Le strobing est une variante plus intense et marquée du contouring. Son objectif est d’illuminer le visage à des endroits stratégiques, typiquement sur les contours de la structure osseuse (arrête nasale, pommettes, menton, front).

Il consiste à appliquer des teintes très claires (rosées ou dorées) sur ces zones afin d’agir comme un illuminateur. Cela permet est d’obtenir un visage jeune, rayonnant et lumineux.

 

Démaquillage

Il est bon de noter qu’un maquillage intensif peut endommager la peau. Il est donc impératif d’être familier avec les méthodes permettant de le retirer de manière efficace tout en protégeant et en hydratant l’épiderme. Cela s’avère particulièrement vrai sur les tournages, où les acteurs se font maquiller et démaquiller dans la même journée, plusieurs fois s’il le faut.

A un niveau professionnel, on privilégiera principalement le layering, une technique en « mille-feuille » qui permet d’assurer le soin de la peau. Elle se déroule en plusieurs étapes:

  1. démaquillage à l’huile           
  2. nettoyage           
  3. application d’une lotion           
  4. application d’un sérum           
  5. contour des yeux           
  6. crème de jour et crème de nuit           
  7. baume à lèvres
     

Découvrez aussi :