Une formation accessible et tout commence...

Quelle farine pour les pâtes fraîches ?

La farine est l’ingrédient essentiel dans la fabrication des pâtes ! Mais pour faire de bonnes pâtes fraîches, il faut veiller à utiliser des ingrédients de qualité et notamment une bonne farine puisque c’est l’ingrédient principal de la recette ! Une bonne farine oui, mais laquelle ? Il en existe de plusieurs sortes, des plus ou moins complètes… Sans compter celles de pois cassé, de sarrasin et toutes les alternatives qu’on peut trouver sur le marché. Vous voulez fabriquer vos propres pâtes fraîches mais vous ne savez pas quelle farine choisir pour la réalisation de votre recette ? On décrypte pour vous les différents types de farine mais aussi laquelle préférer selon la texture de pâte voulue ! Découvrez également quelles sont les alternatives au blé pour vos pâtes maison. Suivez le guide !

 

 

 

 

 

Farine de blé dur ou de blé tendre ?

 

Si les pâtes industrielles sont toutes fabriquées à partir de farine de blé dur et d’eau, dans la préparation de vos pâtes fraîches, vous avez le choix. Traditionnellement, certaines formes de pâtes fraîches sont plus propices à l’utilisation de la farine de blé tendre. Mais quelle est la différence entre les deux ?

 

Le blé dur est une variété cultivée dans les régions où le climat est plutôt chaud, comme en Italie ou dans le sud de la France. Il a une couleur blond doré et est surnommé le “blé barbu” en raison de ses pointes effilées. Comme son nom l’indique, il est plus résistant que le tendre, ce qui rend son broyage plus difficile. Ainsi, une fois broyé, il s’apparente davantage à une semoule plus ou moins fine

 

Il existe trois sortes de grains dans la confection de la semoule de blé dur. La plus fine est utilisée dans la fabrication des pâtes alimentaires, on l’appelle aussi la semoule extra. La semoule moyenne est plus adaptée à la réalisation de recettes comme le couscous, les galettes, biscuits ou encore gâteaux. Concernant la semoule grosse, celle-ci est essentiellement consacrée au couscous. La semoule de blé dur possède une teneur en gluten plus élevée que celle de blé tendre. C’est pourquoi elle est davantage conseillée dans la confection de pâtes fraîches maison. Elle donne des pâtes fermes qui résistent bien à la cuisson, idéal pour débuter. Traditionnellement les raviolis sont fabriqués à partir de semoule de blé dur contrairement aux ravioles, par exemple. Les lasagnes quant à elles, sont souvent achetées séchées mais elles sont vraiment délicieuses lorsqu’elles sont fabriquées fraîches, à partir de blé tendre.

 

Le blé tendre est une variété dont les grains ne sont pas pourvus de sorte de poils et dont le broyage s’effectue plus aisément. Ainsi, il est plus simple d’obtenir une texture fine et farineuse. Traditionnellement, on l’utilise dans les recettes de tagliatelles et différents types de pâtes ruban. Cette variété donne un rendu moelleux et élastique à la pâte.

La farine de blé tendre associée aux œufs permet également de confectionner des pâtes fraîches aux œufs tandis que la semoule de blé dur s’accordera simplement avec de l’eau. Pour cette raison, les pâtes de blé dur sont souvent utilisées pour les pâtes sèches. Comme elles ne contiennent pas d’œufs, elles sont davantage adaptées à des séchages longs. Les pâtes au blé tendre sont souvent consommées fraîches car leur teneur en œuf rend plus difficile de gérer les longs temps de séchage. Pour les conserver, il est préférable de les précuire et de les congeler. Il est fréquent de se servir de la farine de blé tendre dans la confection des ravioles et raviolis qui se mangent eux aussi très frais. 

Cela dit, il n’y a pas de règle absolue. Si dans la cuisine italienne, on fabrique traditionnellement la pasta avec de la farine de blé dur et de l’eau, le grand succès des pâtes aux œufs les rend de plus en plus fréquentes, même dans la pâte faite à base de semoule.

 

En savoir plus sur la conservation des pâtes fraîches

 

Les différents types de farines de blé tendre

 

Vous avez déjà dû remarquer qu’il existe différentes sortes de farine ! Mais pourquoi cette différence et laquelle choisir lorsqu’on souhaite réaliser des pâtes fraîches ?

La plupart du temps, pour la fabrication de la pâte, il est conseillé de choisir une farine de blé tendre T 45 ou T 55. La T 55 est la plus couramment utilisée. Elle convient à tous les usages. Parmi la classification, la T45 est la plus fine. Le type 45 correspond au type 0 en Italie. Au pays des pâtes, il existe également la 00 qui est encore plus fine que la 0 mais plus difficile à trouver.

On les classe selon leur taux d’extraction (ratio en pourcentage de farine extraite pour 100 kg de blé), le pourcentage de cendre obtenu à l’incinération ainsi que la quantité de protéines. Par exemple la T 45 produit moins de 0,5 g de cendre si on la brûle. Son taux d’extraction est de 50%. Ce qui signifie que sur 100 kg de blé on extrait 50 kg de farine. Enfin, elle contient 7 à 9% de protéines. À titre de comparaison les T 55, 65 et 80 sont plus complètes car elles ont un taux d’extraction et de cendre plus élevé et elles contiennent davantage de protéines. Plus le chiffre est élevé, moins la farine est travaillée, elle est donc plus complète et plus riche en protéines. Il existe également la T110 qui est une farine complète contenant la totalité du son. On peut l’utiliser dans la confection de pâtes fraîches complètes. Pour ce faire, il suffira de remplacer la farine habituelle par celle-ci tout en respectant la règle de 1 œuf pour 100 g de farine dans une pâte aux œufs et moitié moins d’eau que de farine pour une pâte sans œufs. La T150 dite farine intégrale, est la plus complète et la plus nutritive. En effet, les farines complètes possèdent un index glycémique plus bas et favorisent une sensation de satiété plus durable mais elles sont également plus difficiles à digérer et peuvent contenir davantage de pesticides puisque l’enveloppe externe du blé est conservée. Par conséquent, il est préférable de les acheter bio.

                                                                                            

Alternatives à la farine de blé

 

La farine de blé, tout comme celle d’orge, de seigle, de kamut ou encore d’épeautre contient les protéines qui forment ce que l’on appelle le gluten. C’est lui qui donne aux pâtes leur élasticité et au pain son volume. Il se forme lorsque la farine entre en contact avec de l’eau. Les protéines contenues dans celle-ci s’assemblent pour constituer le fameux gluten. 

Vous êtes intolérant ? Pas de panique ! Il existe de nombreuses alternatives. La farine de blé noir par exemple, n’est pas fabriquée à partir de blé mais de sarrasin. Celui-ci possède une couleur brune caractéristique et un goût rustique. La farine de châtaigne avec son goût sucré est une bonne alternative. La farine de riz et son goût discret, la farine de maïs, de souchet, de millet, de pois chiche, de pois cassés ou encore de quinoa, toutes ses variétés permettent de varier les plaisirs en cuisine ! Pour vous aider, on vous propose une recette de pâte à base de farine de riz et de sarrasin.

 

Vous avez uniquement besoin de ces ingrédients :

 

  • 300 g de farine de riz
  • 30 g de farine de sarrasin
  • 4 œufs
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • une bonne pincée de sel

 

Votre recette en quelques étapes :               

 

  •         Mélangez les farines dans un saladier puis ajouter les œufs et l’huile.
  •         Travaillez votre pâte jusqu’à ce qu’elle soit homogène et élastique, de préférence sur un plan de travail pour pouvoir utiliser vos mains.
  •         Laissez reposer une vingtaine de minutes dans le saladier couvert d’un chiffon humique avant d’étaler votre pâte.

 

Pour la mise en forme, vous pouvez vous servir d’un rouleau à pâtisserie ou d’une machine à pâtes aussi appelé un laminoir, pour aplanir celle-ci. Lorsque vous avez obtenu l’épaisseur souhaitée, il vous faudra découper les formes de pâtes que vous souhaitez obtenir. Vous pouvez vous aider de différents accessoires mais beaucoup de formes sont faisables à l’aide d’un simple couteau. Une fois le travail terminé, il n’y a plus qu’à porter à ébullition un grand volume d’eau salé puis d’égoutter vos pâtes au bout de 3 à 5 minutes de cuisson.

Quelle recette avez-vous choisie pour accompagner vos pasta maison ? Ce qu’il y a de bien avec les pâtes c’est qu’il existe un très grand nombre de recettes à cuisiner en dehors des classiques bolo et carbo ! 

 

Tout savoir sur cuisiner les pâtes fraîches

 

En savoir plus :