Une formation accessible et tout commence...
Publié le 16/10/2021 -
1 min de lecture

La journée mondiale de l’alimentation nous sensibilise à l’impact de nos choix alimentaires

Partager sur
journée mondiale de l'alimentation

La journée mondiale de l’alimentation a été créée en 1979 et est célébrée dans plus de 150 pays, chaque année, le 16 octobre. Le but initial était de sensibiliser le grand public, les dirigeants et les organismes politiques et non politiques et à la question des problèmes de nutrition dans le monde. Chaque année un thème différent est choisi. Cette année 2021, le thème est « Agir pour l’avenir : améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie ».

L’idée est de porter une attention particulière à des problèmes liés à la production, de qualité et de sécurité alimentaire.

Dans un contexte de crise écologique mondiale, le thème de l’alimentation a une importance capitale. La production de la nourriture, son acheminement, son stockage, sa qualité, toutes ces notions sont primordiales et jouent un rôle certain dans l’avenir de notre planète. Consommer mieux commence par mieux produire et mieux distribuer la nourriture. Les recommandations sont simples : du local et de saison ! 

La faim dans le monde, un problème toujours plus d’actualité

En 2021, la famine reste un problème qui affecte une grande partie de la planète. 868 millions de personnes souffrent d’un apport alimentaire insuffisant, que ce soit au niveau de la quantité ou un niveau de la qualité. La question devient encore plus virulente lorsqu’on connaît l’énorme gâchis alimentaire qui existe dans les pays occidentaux où les supermarchés regorgent de nourriture de toute sorte. 

 

La faim dans le monde est même en train de s’aggraver car le changement climatique accentue les problèmes de sécheresse et de pauvreté des sols. L’agriculture intensive et ses pratiques déloyales font perdre leur travail aux agriculteurs les plus pauvres. L’urbanisation et la démographie toujours croissante sont autant de facteurs à prendre en compte dans cette question éminente. En effet la malnutrition a des conséquences importantes et irréversibles et notamment sur les plus fragiles : les enfants. Les enfants malnutris développent des problèmes de santé à l’âge adulte.

 

 

 

 

La consommation de viande : un levier d’action majeur !

La consommation de viande des pays occidentaux est un questionnement qui nous semble évident de poser en cette journée mondiale de l’alimentation. En effet l’élevage animal est responsable d’un quart des émissions de gaz à effet de serre. La viande bovine tout particulièrement même si le porc et le poulet ne sont pas en reste. Leur alimentation très riche en nutriment fait qu’ils rejettent dans la nature des taux d’azote supérieurs a la normale et la pollution induite perturbe non seulement notre corps, mais aussi les écosystèmes. La production de viande est également très gourmande en eau mais aussi en surface agricole.

 

On peut constater que beaucoup de personnes se déclarent alors “flexitariens” et consomment moins de viande tout en faisant attention à sa qualité et à sa provenance. La réduction de la consommation des produits animaux comme le lait, le fromage et les œufs est aussi un enjeu important. De plus en plus de personnes portent une attention particulière à leur qualité lorsqu’il en consomme et évitent même d’en prendre à tous les repas. Ainsi l’alimentation vegan se démocratise et même pour ceux qui n’en font pas un mode de vie quotidien, il devient naturel de préparer des repas sans la présence de produits animaux.

 

Si l’alimentation des Français se végétalise petit à petit, nombre d’entre nous n’en consommons plus à tous les repas, l’alimentation végétale reste encore synonyme d’ennui et de manque nutritif.

 

Une recette vegan pour agir en se faisant plaisir !

À l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation, Karl notre formateur cuisine vegan a été convié à nous confier une des recettes dont il a le secret. Vegan et de saison, sa recette à aussi le mérite d’être esthétique et poétique ! Qui a dit que la cuisine vegan était ennuyante ? Privilégier de plus en plus ce mode alimentaire dans nos assiettes est un geste écoresponsable mais qui peut rester gourmand !

 

 

Champignons & Artichauts.

Fond d'artichaut braisé & purée d'artichaut fumée au foin Bouillon de champignons sauvages tranché à l'huile de basilic

Fond d’artichaut braisé & purée d’artichaut fumée au foin

Bouillon de champignons sauvages tranché à l’huile de basilic

Rose de champignons.

 

Et un petit mot de Karl sur sa production : « L’artichaut se récolte entre mai et novembre. Il faut l’aimer pour le cultiver : 300 heures de travail par hectares, la majeure partie pendant la récolte où il faut avoir le geste sûr. » 

 

La recette :

 

Tourner les artichauts et faire braiser un fond d’artichaut doucement au jus de barigoule.

Faire fumer au foin le reste des artichauts préparés en amont et réaliser une purée.

Tailler les champignons de paris en copeaux à l’aide de la mandoline et les dresser en forme de rose.

Pour finir, réaliser le bouillon à partir des parures d’artichauts et de champignons, puis le trancher avec une huile de basilic bien verte.

Farcir le fond d’artichaut braisé avec la purée d’artichauts fumés, dresser soigneusement la rose de champignons sur le dessus et servir le bouillon brûlant face au client.

 

L’ingrédient secret pour faire tenir la rose ? “La délicatesse” nous répond Karl. Un mot qui convient parfaitement au rapport que nous devons entretenir avec la nature.

Comment se former ?

LA FORMATION CUISINE VEGAN

L'équipe pédagogique d'Espace Concours vous propose une préparation à distance complète